COMPTE-RENDU D'ETAPLES...

17h: la tension monte... le concert a lieu au bout de ma rue et déjà c'est l'effervescence. Des panneaux Marcel sont plantés partout, la circulation est modifiée, bref, ça va pas tarder. Ayant rendez-vous avec d'autres fans devant le Westminster au Touquet pour un petit défilé en ville, je respecte la tradition et j'achète (dans le Supermarché où je bosse en caissière saisonnière) 2 bouteilles de Ch'ti, 2 de Jenlain et une Picon (que j'ai bien fait de passer à l'oeil parce que ça coute cher et c'est dégueulasse!).
Je me prépare: la moumoute rouge, les grosses lunettes, le 62 sur les joues, le T-shirt Marcel sur la Djellabah. Les bières dans un sac, la sono et le camescope dans l'autre, je tuninge également la Smart de pôpa avec une affiche Marcel sur le pare-brise et m'apprète à partir. Sur les 4km qui me séparent du centre je croise déjà 4 Marcéliens qui hurlent en me voyant passer. C'est ça l'esprit Marcel.

18h: j'arrive devant le West, le 5-star hôtel de Monsieur et Madame De. Evidemment, personne n'est à l'heure. Pendant un quart d'heure je reste seul comme un con avec ma pancarte Marcel et mes 2 sacs aux pieds. Les gens me regardent bizarre, deux petites vieilles viennent même me demander si c'est pour un bizutage (en plein mois d'août!). Enfin Bracoule, Chokoss, Longbite, Angèle, Sandra-sancouverture et leur bande (bref les plus grands fans) arrivent, en même temps qu'une bande de copines, tous déguisés. Je me sens soudain moins seul!
Premier défi après avoir siroté une Jenlain et une Ch'ti, rentrer comme ça à 15 - 20 dans le West pour demander si on peut réserver une chambre. On se fait gentiment envoyer paître (au grand bonheur de Chokoss la vache -feinte-). Pour la peine on squatte les marches devant l'entrée un petit moment en écoutant le live des Marcels dans mon sac.
On se décide ensuite à défiler en rue Saint Jean, la rue principale du Touquet, bourrée de vacanciers et de Touquettois à cette heure. Musique Marcel à fond, on chante, on crie; Bracoule, Longbite, etc font des courses de traversée sur passage piéton. Les gens bloquent sur nous, c'est jouissif!

19h: on arrive sur la plage. On emprunte un ballon et on engage une partie de Volley déguisés, avec Marcel en musique de fond. Le jeu est lamentable! On repart du côté de chez moi (la faim se fait sentir) et on va dans mon supermarché acheter à bouffer. Bracoule, évidemment, grimpe dans un caddie et se fait pousser par Longbite. D'autres font un tour sur le petit manège pour enfant. Moi je la ramène moins parce que mon patron est là mais bon ça nous empêche pas de se faire passer quelques sandwiches à l'oeil par mes copines caissières qui hallucinent après cette dure journéé de labeur (on est samedi). Malgré mon déguisement, une sous-chef me reconnait et me dit "Ti, on t'ching'ra pô!".

20h: j'habite en face du supermarché donc fatalement, j'invite la petite dizaine à manger ses sandwiches et boire ses bières sur ma terrasse.

 

Trapéziste, Longbite, Canone, Chokoss, Andgèle, Bracoule, Ted,
Carpette, Gaelle, Sandrasancouverture... la crème des plus grands fans!

 

Chokoss, Ted et Angèle se font un chavroux.

C'est là que Carpette sort un truc énorme... de la voiture. Un long tube gris qui ressemble à un Bazooka. C'est un Patator. On met la patate d'un côté, on carbure à l'Elnett de l'autre et ladite patate se retrouve projetée au loin. La puissance de frappe est impressionnante... à conseiller aux Américains!

 

Sous la surveillance de Trapéziste, Longbite chauffe le Patator...

 

...et vise 4 canettes empilées.

Ca rigole, ça picole mais l'heure du concert approche, il va falloir penser à se bouger.
C'est merveilleux de retrouver à 100 mètres de chez soi des centaines de Marcelmaniak déguisés. On verra Youb, Nicocam, Pierrot, bref que des pointures. L'aéroport ressemble à Woodstock: des stands, un chapiteau immense, un peuple pas possible... le vigile refuse de me fouiller sous ma djellabah.

 

Une dernière photo devant le vendu...

 

...et en route pour le concert.

     

 

On croise entre autres Youb la vache qui pisse du lait.

 

Sous le soleil couchant, ze big chapiteau
(le même que quand j'dors sur l'dos... - feinte!- )

     

Une dernière pose devant le chapiteau, Longbite dans mes bras.

21h: le premier groupe a commencé, c'est plutôt bien mais on est pas venu pour eux... on reste donc dehors, comme pas mal de monde (au détriment de pas mal de groupes qui font la première partie des Marcels!). On discute avec Bouli qui nous présente sa petite famille. Ses parents, sa nièce, sa soeur sont là! Il me parle comme à un vieux pote de son boulot (que c'est génial de bosser 2 heures par jour à se faire plaisir plutôt que de passer 35 heures par semaine à tenir un marteau-piqueur), de Clodio, de sa vie (à Saint Martin les Boulogne). Je suis ému mais ne montre rien. Il me confirme que du haut de ses 29 ans, c'est le benjamin du groupe. Ensuite on se tape la discute avec Tibal qui parle plutôt de BD, d'Internet et des fans. Mais toujours comme à des vieux potes.
Bracoule et Longbite continuent à se faire remarquer en gardant la porte des chiottes mobiles des filles, voire en remuant la cabine quand une fille est dedans.

 

Moi, j'aime poser à côté des Marcels. Un grand, un petit.

22h: on se décide à rentrer dans le chapiteau. Il y a des places assises tout autour. C'est bondé et étouffant. Avec ces bourrins d'Etaplois, ça va promettre. Le public s'impatiente, des rouleaux de PQ volent dans tous les sens, une pancarte "Sauvez un hareng, mangez un picheur" se balade.

 

Le public s'impatiente, le PQ vole...

 

Moi je rencontre des vieux potes.

Enfin nos Marcels apparaissent, tel un lacher de colombes dans un micro-onde. Rolf und Gisela, les Pantoufles, ils sont visiblement très en forme. Franck a pourtant des petits yeux mais bon... au bout de 2 chansons, ce gaucho nous dit de nous calmer parce qu'on risque de déranger les gens du Touquet. C'est con de sa part de dire ça, sachant que les Touquettois ne sont pas tous des cons, on est du 62 et il y en a quand même parmi eux qui, comme moi, sont là pour mettre 15 euros dans leur concert. On est pas tous des gros riches qui chient sur la gueule des autres, et en tant que Touquettois, contrairement à ce que déclare Franck qui s'acharne sur le Touquet (là où a lieu le concert je le rapelle), une succursale du secours populaire dans la rue Saint Jean ne me dérangerait pas. Il m'a un peu décu. Pour la peine je tombe amoureux de Tof, qui lui, assure comme une bête. Il remplace Clodio dans ses déguisements (rabbin, dragueur), chante, trompette et guitrique-électare. La star c'est lui.

 

Scoop: Franck boit de l'eau
(alors que le public est pratiquement lyophilisé!)

 

En l'absence de Clodio,
c'est Franck qui drague Bouli!

     

 

Tof assure comme une bête... les filles (comme les mecs!) sont hystériques!

23h: le concert continue même si la trace des barrières de sécurité risque de rester gravée à vie sur mon torse poilu tellement ça pousse, ça pogote, ça slame... J'enlève ma perruque et je la fais tournoyer (ça dégoutte mon entourage avec les gouttes de sueur qui volent!), je tripote des culs (jusqu'à tomber sur une belle brune aux long cheveux qui était en fait un mec). La fille sur le bateau (apparemment une novice) hallucine, Tibal se lâche sur "Ma soeur" et gigote dans tout les coins, agitant ses couettes et donnant de sa voix nasillarde (sa façon de chanter est délirante!), il profite également du corps (ravissant de surcroit) d'une jeune fan montée sur scène pendant Big Bisous de Mégafun, quand Tof arrive en rabbi, il déclare (à cause du chapeau orange de Tof) "aujourd'hui c'est plutôt Bozo Jacob", celui-ci lui rétorquera "aujourd'hui c'est plutôt ferme ta gueule sale con". En effet Tof est hyper concentré avant de commencer son "Voleeeez.....", son jeu, ses yeux écarquillés, sa gueule de médecin qui a raté sa carrière me font délirer.
Gonflés à bloc, les Marcels lâchent feinte sur feinte. Franck: "on a découvert pourquoi Boulogne-sur-mer n'est pas une ville touristique: elle est juste dans la pliure sur la carte, pareil pour Valenciennes qui est derrière l'agrafe."ou avant Ramdam Réclame: "on lève le poing... et on se rend compte qu'après une demi-heure de concert de Marcel, aucun déo ne reste efficace!". Enfin à noter l'excellente chorégraphie de Tof, Tibal et Bistek à la Austin Powers (Mini-moi et le Dr Denfer sur "Just the two of us").
Après 2 rappels (et "T'as pas tout dit" de Bobby Lapointe), le concert se termine sur les vaches puis sur Bouli qui fait le con tout seul sur la musique de fin. Le vigile est obligé de le traîner car il ne veut pas quitter son public.

 

Après avoir fait rabbi-Tof...

 

...il chorégraphie la vague d'Austin Powers

 

Un public à perte de vue...

0h: après 20 minutes d'attente au stand pour acheter deux affiches, je me marre en voyant les bagnoles par centaines obligées de passer au compte-goutte par l'unique sortie large de deux mètres, puis je rejoins ces charlots de Bracoule, Longbite, etc... devant chez moi. On se rhabille "normal", c'est fou ce que ça te change un fan! Un peu de Patator et on part au Touquet, parce que ces Lillo-arrageois veulent voir la mer. C'est là qu'il s'est encore passé un truc de fou.

1h: ce blaireau de Carpette ne peut pas s'empêcher d'aller jouer dans les clubs de plage pour enfant. Il grimpe sur les jeux, escalade, saute, nous on regarde, amusés, du haut de la corniche. Jusqu'à ce que ce ce félé du cerveau (et c'est peu dire vu ce qui va suivre!) s'amuse à faire le cochon pendu sur un fil où sont censées glisser les poulies avec les gosses qui s'accrochent. Bref, le truc qui fait pas plus d'un mètre de haut. Eh ben sous son poids, le fil s'est détendu, il est gentiment tombé sur le sable, le problème, c'est que le poteau en béton aussi... sur sa gueule! De là où on est on est mort de rire à le voir étalé comme une merde. Bon ok au bout de 2 minutes quand on a vu qu'il bougeait vraiment plus on s'est inquiété: il était tombé dans les vaps et il pissait le sang. Apparemment le cerveau n'a pas été touché parce que vu que ce qu'il a fait, qui n'était pas une demi-connerie (dixit Trapéziste), on est en droit de se demander s'il en a un.
Après l'avoir ramassé, on se dirige en ville boire un verre. On retrouve les filles de l'après-midi, bref une vingtaine sur la terrasse à boire des grosses bières blanches, comme dirait Canone. L'ambiance est calme (on sort tous du concert, quand même!) à part Carpette qui gueule qu'il a mal et qui demande aux filles qui passent si elles ont leurs règles parce qu'il lui faut du sang.

 

Et c'est même pas pour du faux!

 

Ca comate en terrassealors que Carpette souffre toujours!

2h: crevés, on se décide à rentrer. Après avoir passé un quart d'heure à rechercher les lunettes de Carpette sur la plage (qui étaient finalement sous le panneau qu'il a fait tomber), la troupe me suit... pour camper dans mon jardin. Je suis pas un chien de Touquettois mais ma grand-mère squattait déja la chambre d'amis. J'ai préféré qu'ils dorment avec la grand-mère qui habitait chez moi avant que j'y arrive et dont les cendres sont dispersées dans le jardin. De toutes façons, ils avaient pris leurs tentes

Pièce unique: le mode d'emploi du montage de la tente (au nom de pizza) de Bracoule.

.

3h: après que Carpette s'achève en gonflant son matelas à la bouche et que Canone fasse du step sur le gonfleur, on va réver du concert. C'était une putain de bonne soirée... (de matinée aussi avec mes vieux qui ont apporté le déjeuner à ces romanos!)

DIAPORAMA DES EVENEMENTS


C'est Chokoss qui a insisté!!


Entrée dans le très huppé Westminster


Bracoule a beau négocier, l'hôtesse appelle la sécurité!


Sitting sur les marches du Westminster


Ils prennent les passages piéton pour des starting-blocks!


Bracoule court derrière un joggeur


Partie de Volley improvisée


... pas facile déguisé en vache!


Les pompom girls sur le côté


"J'crois qu'on a fait un beau match..."


Bracoule et sa nouvelle caisse


On croise Monsieur Laraie qui bine


Le caddie racer


Longbite se prend pour un pilote...


...passe la ligne d'arrivée le premier...


...pendant que Canone et Carpette s'amusent!